révolution de l'écrit (scripturaire), révolution documentaire

notice en cours de traitement | métadonnées | fichier XML-TEI

Phénomène socioculturel touchant l'Occident latin aux XIIe et XIIIe siècles suivant des rythmes et des modalités qui ont pu varier selon les régions et les sociétés concernées, la « révolution de l'écrit » se caractérise par une intensification et une diversification de la production écrite (marquée par les innovations) , par une scripturalisation de certaines pratiques sociales, par une attention nouvelle portée à la conservation des écrits et à leur gestion et par le développement ou l'approfondissement d'une mentalité scripturaire. Tous les types d'écrits ont été affectés par cette révolution scripturaire, même si l'accent a été surtout mis dans l'historiographie sur les transformations de l'écrit pragmatique , ce que rend plus particulièrement l'expression « révolution documentaire ». La révolution de l'écrit marque l'entrée dans un nouveau régime de scripturalité.

1. Les expressions « révolution documentaire » et « révolution scripturaire » apparuaissent en 1995 sous la plume de Jean-Claude Maire Vigueur à propos de la synthèse de Paolo Cammarosano consacrée aux sources écrites de l'Italie médiévale. L'historien italien ne recourt pas au terme « révolution », mais note qu'entre la fin du XIe et le début du XIIIe siècle, la documentation écrite de toute l'Italie a connu une mutation profonde marquée par une explosion documentaire (P. Cammarosano, p. 113). Pour J.-C. Maire Vigueur, ces bouleversements furent suffisamment profonds et radicaux pour parler d'une révolution, qu'il caractérise de la façon suivante : « il s'agit de l'explosion quantitative de la production scripturaire, de la multiplication des typologies documentaires, de la prolifération des institutions et des agents capables de produire et de conserver des écrits de toute nature. » (p. 178).
Les historiens francophones ont dès lors repris l'idée, sinon l'expression. En 2006, François Menant a préféré parler de « transformations de l'écrit documentaire », tandis qu'en 2011, Jean-François Nieus reprenait l'expression « mutation documentaire »(p. 286) à Dominique Barthélemy, mais en ouvrant l'horizon chronologique de ce dernier, focalisé sur le XIe siècle. D'autres auteurs, ou parfois les mêmes, ont également qualifié ces bouleversements de « tournant pragmatique », tels Hagen Keller (pragmatische Wende) en 1992, Karine Chemla en 2006 ou J.-F. Nieus en 2007. C'est finalement semble-t-il à Paul Bertrand que l'on doit l'inscription définitive des expressions « révolution de l'écrit » (en 2009) et « révolution documentaire » (en 2015) dans le paysage historiographique.

2. La chronologie de cette « révolution » varie suivant les cas étudiés. Pour J.-C. Maire Vigueur, la « pré-révolution » de la période 1180-1220, marquée par l'introduction du podestat dans les communes italiennes, prépare l'explosion documentaire du reste du XIIIe siècle. En 2009, P. Bertrand avait appliqué un canevas assez semblable au nord du royaume de France en distinguant deux révolutions de l'écrit, celle du XIIe et celle du XIIIe siècle. L'étude du cas de Douai par Thomas Brunner a distingué trois phases: (i) l'amorce du dernier tiers du XIe siècle aux années 1170, (ii) le tournant de la période entre 1170 et 1240 et (iii) les approfondissements entre le milieu du XIIIe siècle au début du XIVe. P. Bertrand a finalement élargi en 2015 ce séquençage chronologique à l'ensemble du nord du royaume de France et des principautés voisines en terre d'Empire.

Notices liées

writing revolution (en) documentary revolution (en)

Bibliographie

  • CAMMAROSANO Paolo, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte., Rome 1991, 1991.  |  Zotero
  • MENANT François, « Les transformations de l’écrit documentaire entre le XIIe et le XIIIe siècle », dans COQUERY Natacha, MENANT François et WEBER Florence (éd.),  Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006, p. 33-50.  |  Zotero
  • CHEMLA Karine, « Postface. Ecritures pratiques et histoire des sciences », dans COQUERY Natacha, MENANT François et WEBER Florence (éd.),  Écrire, compter, mesurer : vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006, p. 265-275.  |  Zotero
  • NIEUS Jean-François, « Des seigneurs sans chancellerie ? Pratiques de l’écrit documentaire chez les comtes et les barons du Nord de la France aux XIIe-XIIIe siècles », dans DE HEMPTINNE Thérèse et DUVOSQUEL Jean-Marie (éd.),  Chancelleries princières et Scriptoria dans les anciens Pays-Bas. Xe-XVe siècles, Bruxelles, 2011, p. 285-311.  |  Zotero
  • BARTHÉLEMY Dominique, La société dans le comté de Vendôme de l’an mil au XIVe siècle, Paris, 1993.  |  Zotero
  • KELLER Hagen, « Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungsstufen. Einführung zum Kolloquium in Münster, 17.-19. Mai 1989 », dans KELLER Hagen, GRUBMÜLLER Klaus et STAUBACH Nikolaus (éd.),  Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungsstufen Münstersche Mittelalter-Schriften, Munich, 1992, p. 1-7.  |  Zotero
[Retour à la définition n° 1]
  • BRUNNER Thomas, Douai, une ville dans la révolution de l'écrit du XIIIe siècle, Université de Strasbourg, 2014.  |  Zotero
[Retour à la définition n° 2]

Métadonnées

Citer cette notice

Thomas Brunner, « Révolution de l'écrit (scripturaire), révolution documentaire », dans VOCES, Vocabulaire pour l’Étude des Scripturalités, Thomas Brunner (dir.), ARCHE EA3400 (Université de Strasbourg), édition électronique (2015-) , 2019 (mise en ligne), <http://num.ea3400.unistra.fr/voces/notice/revolution_de_l_ecrit.xml>.

Statut

Notice en attente de validation par le conseil scientifique

Édition

  • Thomas Brunner
  • Thomas Brunner

Publication

Source

Historique