Ego document

notice validée par le conseil scientifique | métadonnées | fichier XML-TEI

1. Néologisme proposé en 1958 par le néerlandais Jacob Presser, historien de la littérature. Il renvoie à une catégorie d’écrits qui, comme celle des écrits du for privé, ne recouvre pas de genre précis. J. Presser l’emploie pour désigner un large ensemble d’écrits à la première ou parfois à la troisième personne dans lequel l’auteur, qui coïncide avec le sujet du discours, décrit ses sentiments, ses pensées, ses actions.

2. À partir des années 1970, les historiens néerlandais Hermann van den Dunk puis Rudolf Dekker reprennent ce terme pour qualifier « toutes les sources donnant des informations sur le point de vue particulier d’une personne, c’est-à-dire en premier lieu les sources à dimension autobiographique » (Antoine Odier).

3. Le terme est adopté dans plusieurs langues. En France, Pierre-Yves Beaurepaire l’utilise sans distinction avec les écrits du for privé : « sur le fond, rien ne distingue les ego-documents des écrits du for privé » (P.-Y. Beaurepaire, 2005, p. 48). Il semble en effet que de nombreux chercheurs utilisent indistinctement l’une ou l’autre expression.

4. L’Allemand Winfried Schulze en propose une définition élargie. Selon lui, les ego-documents désignent les sources où un ego est révélé, que ce soit de manière volontaire ou involontaire. Ainsi sont intégrées au corpus les sources centrées sur un individu, qu’il en soit ou non l’auteur.

5. Le concept ainsi défini donne lieu à un corpus extrêmement vaste et à une focalisation de la réflexion sur la notion d’ego qui n’est pas pertinente pour toutes les périodes historiques. Des historiens comme Sabine Schmolinsky en Allemagne ou Kaspar von Greyerz en Suisse ont ainsi opté pour la notion plus restreinte de Selbstzeugnisse ou self-narratives, que l’on peut traduire en français par écriture de soi.

Bibliographie

  • PRESSER Jacob, « Memoires als geschiedbron », dans Algemene Winkler Prins Encyclopedie, vol. 7, Amsterdam/Bruxelles, 1958, p. 208-210.  |  Zotero
[Retour à la définition n° 1]
  • DEKKER Rudolf, « Ego-Documents in the Netherlands 1500-1814 », Dutch Crossing,  39, 1989, p. 61-72.  |  Zotero
  • DUNK (VAN DEN) Hermann, « Over de betekenis van ego-dokumenten », Tijdschrift voor Geschiedenis,  83, 1970, p. 147-161.  |  Zotero
  • ODIER Antoine, « Compte-rendu de l’article de SCHULZE (Winfried), "Ego-Dokumente : Annäherung an den Menschen in der Geschichte ? Vorüberlegungen für die Tagung 'Ego Dokumente' ", dans SCHULZE (Winfried), dir., Ego-Dokumente : Annäherung an den Menschen in der Geschichte, Berlin, 1996, p. 11-30 ».  En ligne : <http://ecritsduforprive.huma-num.fr/crl03.htm>  |  Zotero
  •  Center for the Study of Egodocuments and History, BAGGERMAN Ariane et DEKKER Rudolf, « egodocument.net ».  En ligne : <http://www.egodocument.net>  |  Zotero
[Retour à la définition n° 2]
  • BEAUREPAIRE Pierre-Yves et TAURISSON Dominique, Les Ego-Documents à l'heure de l'électronique: nouvelles approches des espaces relationnels, Montpellier, 2003. |  Zotero
  • BARDET Jean-Pierre et BEAUREPAIRE Pierre-Yves, « L’instrumentation électronique appliquée aux écrits du for privé. Le projet "Le monde de Marie-Daniel Bourrée de Corberon" », dans Au plus près du secret des cœurs? nouvelles lectures historiques des écrits du for privé [en Europe du XVIe au XVIIIe siècle] Collection Roland Mousnier, Paris, 2005, p. 247-256.  |  Zotero
[Retour à la définition n° 3]
[Retour à la définition n° 4]
  • GREYERZ (VON) Kaspar, « Ego-documents: the last word ? », German History,  28, 2010, p. 273-282.  |  Zotero
  • SCHMOLINSKY Sabine, « Selbstzeugnisse im Mittelalter », dans ARNOLD Klaus, SCHMOLINSKY Sabine et ZAHND Urs Martin (éd.),  Das dargestellte Ich: Studien zu Selbstzeugnissen des späteren Mittelalters und der frühen Neuzeit Selbstzeugnisse des Mittelalters und der beginnenden Neuzeit, Bochum, 1999, p. 19-28. |  Zotero
[Retour à la définition n° 5]

Métadonnées

Citer cette notice

Juliette Deloye, « Ego document », dans VOCES, Vocabulaire pour l’Étude des Scripturalités, Thomas Brunner (dir.), ARCHE EA3400 (Université de Strasbourg), édition électronique (2015-), 2019 (mise en ligne), 2019-04-30 (dernière mise à jour), <http://num.ea3400.unistra.fr/voces/notice/ego-document.xml>.

Statut

Notice validée par le conseil scientifique

Édition

  • Juliette Deloye
  • Thomas Brunner

Publication

Source

Historique

  • Mise en ligne (Thomas Brunner).
  • Mise à jour (Guillaume Porte). Modification de la structure XML.
  • Validation par le conseil scientifique (Conseil scientifique).